Arnaud MORANGE

Arnaud MORANGE, docteur en sociologie, chercheur associé au CERReV (EA 3918), a intégré l’IRTS Normandie-Caen à la suite d’une carrière de chercheur sur contrats au sein de l’Université de Caen-Normandie où il a aussi dispensé des cours durant une vingtaine d’années, au sein de différentes Unités de Formation et de Recherches (Sociologie, Psychologie, Sciences économiques et Droit, Sciences, Médecine, Sciences de l’Éducation, IUT, CEMU, UIA…).

Il a par ailleurs enseigné dans différents instituts et écoles (Institut National de Sécurité Routière et de Recherches, École d’Ingénieurs en Agronomie, Institut de Formation en Soins Infirmiers, Institut de Formation des Cadres de Santé, Institut de Formation en Ergothérapie). Ses recherches, menées principalement au moyen de méthodes qualitatives, ont d’abord porté sur le risque routier élargi à des problématiques transverses (prise de risque chez les jeunes, usage et mésusages de produits psychoactifs légaux et illégaux, inégalités sociales, accélération de nos sociétés, relations aux normes, analyses des territoires…).

Depuis plusieurs années, en lien avec le Travail social, les recherches qu’il a développées ont concerné les champs de la sociologie de la santé, des modes de vie et des problématiques des plus démunis, de la protection de l’enfance, du vieillissement, du développement durable et de la transition écologique. Fondés sur une approche critique des faits sociaux et sur une réflexion socio-anthropologique, ses travaux visent, ainsi que la tradition sociologique française le voulait et que la sociologie de l’École de Chicago le prescrivait, à produire des connaissances dans la perspective d’un vivre ensemble amélioré pour tous.

Nadia VEYRIÉ

Nadia VEYRIÉ, formatrice-chercheuse à l’IRTS Normandie-Caen, docteur en sociologie de l’Université Paul Valéry-Montpellier 3, est chargée d’enseignement à l’Université de Caen-Normandie (Sociologie, Sciences de l’Éducation, Médecine) et a enseigné auparavant dans des instituts de formation en travail social et en soins. Elle est chercheuse associée au CERReV (EA 3918) de l’Université de Caen et membre du comité de rédaction de la revue Sociographe.

Formée à la sociologie et plus spécifiquement à la socio-anthropologie de la mort, elle développe des recherches et publications à partir d’une démarche qualitative prenant en compte les êtres humains dans leur société, leurs cultures, leurs groupes et leurs institutions en fonction de vulnérabilités et de fragilités socialement produites. Elle travaille en particulier sur le deuil, les héritages, la vieillesse, la fin de vie, la souffrance, les inégalités sociales, la santé médicale et le travail social, le virtuel, mais aussi la pédagogie, notamment dans le champ de la formation en travail social.